Au nombre des allergies pouvant toucher les chats, celle liée aux puces est la plus fréquente. Comme dans le cas de tout type d’allergie, le contact de l’animal avec l’allergène déclenche un certain nombre de réactions. Connaître ces différents symptômes vous aidera à savoir en toute aisance si votre chat développe une allergie aux puces. Voici donc les principaux signes énonciateurs d’une allergie aux puces du chat.

Que savoir concrètement sur l’allergie aux puces chez le chat ?

L’allergie aux puces occupe la première place si l’on devait classer les différentes allergies félines. Également appelée Dermatite Allergique aux Piqûres de Puces (DAPP), elle est causée par la salive de la puce. Ainsi, une seule piqûre de puce est suffisante pour enclencher la réaction allergique chez l’animal.

Lorsqu’elle a lieu, les principaux symptômes qui peuvent être notés sur le chat sont des démangeaisons intempestives (prurit), des croûtes, des plaques sur la peau qui devient granuleuse, une perte de poils (alopécie), etc. Un chat atteint d’une allergie aux puces se grattera continuellement, au point même de développer des infections occasionnées par ses griffes. Les endroits où le chat allergique aura tendance à gratter et à lécher le plus fréquemment sont la base de la queue, le cou et le ventre.

Des troubles gastro-intestinaux (nausées suivies de vomissements, diarrhée) sont également des signes qui énoncent une allergie aux puces chez le chat. De même, elle occasionne l’asthme allergique et un choc anaphylactique se traduisant par des difficultés respiratoires soudaines, parfois mortelles.

Que faire lorsque vous notez ces symptômes sur votre chat ?

Dès lors que votre chat affiche ces signes d’allergie aux puces, la première chose à faire est de consulter votre vétérinaire. Étant donné que les différentes formes d’allergies chez le félin présentent des symptômes similaires, il est souvent difficile d’identifier leur origine. Heureusement, le professionnel possède des outils adéquats pour rapidement déceler une allergie aux puces.

Une fois le diagnostic connu, il faudra mettre en place le traitement adapté afin de modérer les symptômes et soulager au maximum l’animal. Puisqu’il s’agit d’une allergie aux puces, le chat aura besoin d’un traitement antiparasitaire radical. Le traitement de cette forme d’allergie se déroule généralement en trois étapes. Il faut dans un premier temps calmer l’inflammation allergique en utilisant de la cortisone sur quelques jours et appliquant des soins locaux (sprays apaisants, shampooings, …). Il faudra ensuite tuer les puces, et pour finir, éviter une éventuelle ré-infestation de l’animal, car un chat allergique risque de l’être indéfiniment.

La partie la plus importante du traitement reste sans doute l’élimination des puces. Voici donc comment procéder pour les éliminer. Au prime abord, il faudra traiter le chat allergique avec les produits vétérinaires spécifiquement conçus pour empêcher le développement larvaire des puces En dehors du chat atteint, il est tout aussi primordial de traiter les autres animaux qui l’entourent, surtout le chien s’il y en a autour. L’environnement immédiat de l’animal doit également être traité, en faisant recours aux produits spéciaux également disponibles chez votre vétérinaire.

Ce n’est qu’en veillant préalablement à ces quelques points que le traitement antiparasitaire se révélera efficace. Il convient aussi de noter que le choix des antiparasitaires dépend de certains critères, dont seul votre vétérinaire a une parfaite connaissance. Il est donc le mieux placé pour vous aider à les choisir. Par ailleurs, même en prenant toutes ces précautions, se débarrasser entièrement des puces n’est pas chose aussi facile. Il est donc conseillé de veiller à identifier les éventuelles sources d’infestation du chat auxquelles on ne pense pas souvent. Il s’agit par exemple du placard, de l’armoire, de la voiture, etc.

Comment prévenir l’allergie aux puces chez le chat ?

Pour le bien-être de votre chat, il vaut mieux penser à réduire les risques de développement d’une allergie aux puces. Comme mesures préventives, nous vous recommandons de précéder à une désensibilisation et d’éviter au maximum de mettre l’animal en contact avec une potentielle source d’infestation. Dans le but d’éviter la propagation des puces dans l’environnement du chat ou sur ce dernier, quelques astuces peuvent également être utiles. En dehors du traitement antiparasitaire prescrit par le vétérinaire, vous pouvez aussi utiliser de la terre de diatomée pour lutter contre les puces.

Ce produit naturel peut être utilisé dans votre intérieur pour neutraliser les puces. Vous pouvez aussi le saupoudrer sur le pelage de votre chat pour l’en débarrasser. Il existe également d’autres produits antipuces naturels que vous pourrez vous procurer auprès de votre vétérinaire. Autre astuce, voici une façon très simple de repérer les puces sur votre animal de compagnie : observez les racines de ses poils. En effet, les puces répandent des déjections formant de petits grains noirs. Pour les repérer, il suffit de brosser votre animal avec un peigne fin sur lequel vous appliquez ensuite un coton humide.

Un éventuel changement de couleur du coton en rouge ou en brune traduit une présence certaines des puces sur votre chat. Les puces étant très mobiles, il est généralement difficile de les localiser. Néanmoins, elles se trouvent habituellement autour du cou, au niveau du ventre et de la queue. Si par contre la couleur du coton reste intacte, cela voudra dire qu’il y a peu de chances qu’il soit infecté. Toujours est-il qu’il vaut mieux être attentif aux réactions comportementales de l’animal.